Accueil PLH

 

Colloques 

  • 24 mai 2022 25 mai 2022
    Colloque Jeunes chercheurs. Faute(s) de goût : esthétique, éthique et politique
    Ce Colloque Jeunes Chercheurs se propose d’interroger la notion clivante de faute de goût, ainsi que les enjeux littéraires, artistiques, sociaux et culturels qu’elle suppose. Simple maladresse individuelle, ou manifestation d’une transgression salvatrice face à un ordre préétabli, la faute de goût dérange et ne cesse de fasciner.


    En ouvrant sur un éventail chronologique qui se déploie de l’Antiquité à nos jours, le colloque « Faute(s) de goût : esthétique, éthique et politique » offre des possibilités d’approche, à la fois diachroniques et synchroniques, qui s’accordent aux spécificités des sciences historiques et des disciplines artistiques.




    Comité organisateur :

    Jérémy Bonner, Clément Dutrey, Ludovic Therond-Debat, Camille Trucart
  • 11 mai 2022 13 mai 2022
    Colloque Crime et métaphysique au XIXe siècle : le sens de la violence (1789-1914)
    Le XIXe a vu l’épanouissement conjoint d’une hantise et d’une fascination pour le crime au fondement d’une véritable efflorescence de discours sur la violence et la violation. Née dans les tourments de l’Histoire, l’ère post-révolutionnaire conjugue le goût du sang et son étude. Le crime, inlassablement mis en mots, focalise tous les regards dans une tentative de saisie d’un phénomène pourtant inexorablement opaque et ineffable, qui opère une irrésistible séduction du fait même de sa résistance à l’explication.


    Ce colloque Jeunes Chercheurs se propose ainsi d’interroger le crime – compris au sens large de violation – comme acte pensé à même de supporter une morale, une idéologie ou une philosophie de la transgression.


    Org. :
    Lauren Bentolila-Fanon, Yoann Chaumeil, Paul Garnault, Charlène Huttenberger-Revelli, Camille Trucart

 Journées d'étude

  • 20 mai 2022
    Journée d'études L’Égypte et la Gaule dans l’œil des antiquaires (XVIIIe siècle)
    La « belle Antiquité » occupe une place privilégiée dans les grands recueils d’antiquités que produit le premier XVIIIe siècle français. D’autres y trouvent aussi leur place comme les antiquités égyptiennes, dont les pièces enrichissent les cabinets européens, ceux du Midi de la France en particulier. D’autres antiquités encore émergent dans la France d’alors comme les antiquités étrusques ou les antiquités gauloises. Quelle place revient aux unes et aux autres ? Quels rapports entretiennent-elles avec le collectionnisme qui en alimente pour part la connaissance et le goût ? Le prochain séminaire du groupe de recherche « Dans l’œil des antiquaires » permettra d’entendre deux intervenantes autour de ces questions. Elles instruiront respectivement le dossier des antiquités égyptiennes, plus particulièrement celui d’Isis et du mythe osirien (Anna Guédon) et celui des antiquités gauloises (Odile Cavalier).
  • 13 mai 2022
    Journée d'études L'Antiquité après l'Antiquité. 3
    L’Antiquité, classique ou non, constitue pour longtemps encore un legs culturel, politique et esthétique identifiable, fécond. Nous questionnons et nous représentons ce passé, dans un va-et-vient entre mise à distance et appropriation, à partir d’une question simple qui est au cœur de ce colloque : qu’advient-il de l’Antiquité après l’Antiquité ? Si les « études de réception » relatives à l’Antiquité sont bien implantées dans le monde universitaire anglophone, l’équipe PLH-ERASME et la revue Anabases sont les seules en France à les avoir mises au cœur de leurs travaux. Pour célébrer les quinze ans de la revue, nous voulons impulser une réflexion collective de fond sur la notion de « réception » qui nous réunit et qui fait encore défaut.




    Comité d'organisation : Corinne Bonnet, Clément Bur, Anne-Hélène Klinger-Dollé et Thibault Lanfranchi

Séminaires

 

Rendez-vous culturels

  • 01 mars 2022 12 juin 2022
    Exposition À l'École des humanistes
    L'exposition temporaire « À l'école des humanistes », à la Bibliothèque humaniste de Sélestat (1er mars - 12 juin 2022) évoque le quotidien d'une classe à la Renaissance. Qui sont les maîtres, les élèves et leur milieu social ? Quel est l’emploi du temps, le mobilier, le matériel utilisé pour écrire et pour lire ? Quelles sont les matières enseignées ? Comment le maître mène-t-il sa classe ?



    Une place privilégiée est faite au livre imprimé, qui facilite alors l'accès au savoir, tant pour les maîtres que pour les élèves. L’exposition s'appuie sur le fonds de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, riche en livres scolaires de la Renaissance, mais aussi en cahiers d'élèves et d'étudiants hérités de l’Ecole latine de Sélestat et du fonds Beatus Rhenanus. Objets, livres, cahiers, mais aussi enregistrements sonores, donnent à voir et à entendre l'inventivité pédagogique de la Renaissance humaniste.
  • 11 avr. 2022
    Molière en occitan
    Scènes jouées en langue d'oc par les étudiants de deuxième année LLCER occitan, accompagnés par leurs enseignants Fabrice Corrons et Cécile Noilhan.
  • 25 mai 2022 25 juin 2022
    Vient de paraître : La légende de Mithra
    Laurent Bricault, Céline Piret, La légende de Mithra, Dijon, Faton jeunesse 2021.




    "Raconter la légende de Mithra, le jeune dieu désigné par Jupiter pour sauver la Terre de la sécheresse et l’Univers du chaos, jamais personne n’avait encore osé le faire !
    Pour la toute première fois, deux des acteurs principaux de cette extraordinaire aventure ont accepté d’en livrer le récit. Et ils en ont réservé la primeur aux jeunes lecteurs de leur âge."
  • 19 mai 2022
    Vient de paraître : Cahiers d’études nodiéristes, n°11, 2022
    Cahiers d’études nodiéristes, n°11, 2022. Paris, Classiques Garnier, 263 p. 32 euros.


    Le dernier numéro des Cahiers d’études nodiériste codirigé par Paul Kompanietz et Marine Le Bail vient de paraître avec un dossier consacré à « Charles Nodier romancier : le Moi et l’Histoire (1800-1820) ».


    Ce numéro s’intéresse à un pan méconnu de l’œuvre nodiérienne, beaucoup moins étudié que ses contes fantastiques, à savoir sa production romanesque des années 1800 à 1820. Très influencé par Goethe, mais aussi profondément marqué par la violence révolutionnaire dont il fut un témoin privilégié, Nodier élabore en effet au cours de ces années une série de fictions au sein desquelles l’intime et le collectif se mêlent aussi étroitement que douloureusement.


    Lien vers le site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/cahiers-d-etudes-nodieristes-2022-n-11-charles-nodier-romancier-le-moi-et-l-histoire-1800-1820.html