Axe 3 : Transmettre : héritage, appropriation, recréation


L’ambition de l’axe est de réunir des spécialistes de littérature française et occitane ainsi que de cinéma à travers une réflexion, constitutive de ces disciplines, sur les modalités de transmission du patrimoine tout autant que sur les dynamiques et processus de création. Que fait-on, en effet, des œuvres et des savoirs du passé ? qu’en font les auteurs modernes et contemporains ? peut-on faire œuvre nouvelle sans s’émanciper des œuvres patrimoniales ? Et quels sont, en outre, les processus historiques autant qu’esthétiques qui ont permis de valoriser et de conserver, fût-ce en le transformant, une partie du patrimoine mais aussi de minorer, sinon d’oublier tout à fait des pans entiers de la littérature du passé ?

C’est à ces différentes questions qu’entendent répondre les programmes de l’axe, autour de quatre champs de recherche : l’étude des figures patrimoniales majeures ou minorées, dans les littératures française et occitane ; l’analyse des mécanismes de réception et des différentes formes de réappropriation modernes et contemporaines d’œuvre et de corpus patrimoniaux ; la mise au jour des processus propres à la création contemporaine et l’étude d’une forme de recherche spécifique, la recherche-création ; la perspective interdisciplinaire avec d’une part la transmission, par la littérature, d’objets de savoirs scientifiques, que ces savoirs ressortissent aux sciences humaines ou aux sciences exactes et d’autre part l’accent mis sur les enjeux cognitifs de la littérature, dans la suite des travaux menés dans le programme ProusTime.

a) Figures et corpus patrimoniaux


- Journée Frédéric Mistral (Joëlle Ginestet) : vendredi 13 septembre 2019
Le samedi 14 septembre 2019, la ville de Toulouse a reçu les représentants du Félibrige pour inaugurer une statue Frédéric Mistral (1830-1914). Le vendredi 13 septembre, les membres Jean-Yves Casanova et Joëlle Ginestet du laboratoire ELH-PLH ont convié des collègues appartenant à divers laboratoires de recherche des Universités de Toulouse, Pau et Montpellier pour une journée qui s’adressera à un public savant et sera ouverte à un public amateur. Cette journée qui s'est déroulée à l’Académie des Jeux Floraux à Toulouse est destinée à faire le point et à évoquer des pistes de recherches nouvelles à partir des différents travaux du poète, lexicographe, créateur du Museon Arlaten et capoulié du mouvement provençal félibréen qu’il a contribué à ouvrir aux autres régions du sud de la France dans le dernier quart du XIXe siècle. Le Centre Inter-régional du développement de l’occitan de Béziers (CIRDOC) s’associe à la manifestation par le biais d’une exposition : Mistral et l'Europe : la Renaissance d'oc dans le printemps des peuples européens.
- Colloque « Gilles Corrozet, un libraire qui lit » (Pascale Chiron en collaboration avec Trung Tran, Université Paul Valéry – Montpellier 3, IRCL et Magali Vène, Bibliothèque d’étude et du patrimoine) : juin 2022
Entré en librairie en 1535 après s’être fait connaître pour ses propres écrits, Gilles Corrozet devient un libraire qui lit autant qu’un libraire qui écrit : prenant « d’aultruy la pierre et le ciment » (Fables d’Esope, 1542), il se fait une spécialité de la collecte des voix des autres. Soucieux de faire « de vieulx mesrien une neufve maison » (Hecatomgraphie, 1540), il adapte et manipule des matériaux existants, participe à l’émergence de formes nouvelles qui définissent des modalités particulières de remaniements des textes, acclimatés aux goûts du temps et visant la récréation des lecteurs autant que leur édification morale.
- Colloque « Relire Jean Boudou (1920-1975) – Tornar Legir Joan Bodon (1920-1975) » (Joëlle Ginestet) : 27 et 28 octobre 2021.
Grâce à des spécialistes de la littérature et de la sociolinguistique présents au colloque Jean Boudou de 1985 (Naucelle, 12), les journées du colloque Relire Jean Boudou des 27 et 28 octobre 2019 ont pour objectif de faire le bilan de la recherche universitaire autour de cette œuvre poétique et romancée qui a été majoritairement écrite en occitan et dont l'édition bilingue occitan-français n'a eu qu'une distribution régionale. Des chercheurs y proposeront des études de manuscrits et des analyses thématiques et critiques récentes tandis que des traducteurs européens (traductions éditées ou pas), des artistes de la scène mettront en voix des extraits (poétiques et en prose) et des spécialistes du domaine cinématographique débattront de possibles transpositions de contes, poèmes et romans.
- Théâtre occitan
L’édition des pièces de théâtre en occitan de la période moderne et particulièrement du vaste et complexe corpus du Théâtre de Béziers constitue une des activités de cet axe. Des journées d’étude sont prévues (2020-2022) pour l’édition complète de ces textes (encore deux volumes à paraître chez Garnier, pour l’édition des 16 pièces restantes). Pour le théâtre médiéval, une journée d’étude est prévue en 2024 afin de faire le point sur l’état de la recherche.

b) Réception et réappropriation du patrimoine


Un ouvrage collectif sur « L’ombre de Proust et de Faulkner sur le roman de langue française depuis 1945 » (resp. Jean-Yves Laurichesse, Patrick Marot et Isabelle Serça) est prévu en 2021 : il s’intéressera à ces deux grands écrivains en tant que leurs œuvres ont révolutionné la représentation du temps et de l'espace dans le roman du XXe siècle, produisant un effet remarquable de polarisation – positive ou négative – tant par les modèles d'absolue réussite qu'ils proposaient respectivement, que par les voies de la modernité dans lesquelles ils engageaient la littérature.

Pour le Centenaire de la mort de Proust en 2022, un colloque sera organisé par Isabelle Serça qui réunira des spécialistes et des doctorant.e.s des différents pays où l’œuvre de Proust a fait l’objet d’une réception critique importante, comme, entre autres, l’Italie, Le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Japon et le Brésil.



c) Processus de création contemporaine


- Voies négatives et écriture ; étude de processus de création contemporains (Lydie Parisse) : deux journées d’étude (2021)
Si l’étude de la littérature s’attache souvent aux œuvres achevées, il reste un certain nombre de pistes à explorer si l’on considère, dans l’écriture, la dimension de l’expérience. Cette expérience peut être approchée à des degrés divers : à travers le processus, le laboratoire de l’écriture en train de s’élaborer, de s’inscrire dans une durée (ce qu’on nomme parfois les « ateliers d’écrivains ») ; à travers les liens qu’entretient l’écriture avec la représentation de la réalité contemporaine et les modalités de perception qu’elle met en jeu ; enfin, à travers la relation de l’écriture à son propre matériau, à savoir le langage, dans le cadre des ruptures herméneutiques, structurelles, qu’elle génère.
- Recherche-création (Isabelle Serça) : Les perspectives de recherche en création littéraire menées par Isabelle Serça et ses doctorants Floriane Blanchot et Jimmy Poulot-Cazajous sont en relation avec le Master de Création littéraire ouvert en 2012 à l’université. Deux Ateliers de travail sur « Mener une thèse en théorie et pratique de la création littéraire » (12 juin 2018 et 18 mars 2019) ont été organisés avec les collègues et les doctorant.e.s des différentes universités de France engagées dans ce type de recherche pour élaborer une charte de ces nouvelles thèses (Le Havre, Cergy-Pontoise, Paris 8, Clermont-Ferrand, Aix-Marseille) et les collègues de Toulouse engagé.e.s dans ce type de recherche : Sylvie Vignes, Directrice du Master Création littéraire et Lydie Parisse. Cette réflexion sur les méthodes et les enjeux des recherches en théorie et pratique de la création littéraire ouvre sur une réflexion plus large sur la théorie et de la pratique des processus de création, quels qu'ils soient, et invitent à une collaboration avec d’autres disciplines.

d) Perspective interdisciplinaire


La perspective interdisciplinaire s’inscrit dans le souhait de décloisonner les siècles, de même que les disciplines elles-mêmes au sein du Laboratoire. Visant à mettre l’accent sur les enjeux cognitifs de la littérature, elle s’inscrit aussi dans le prolongement des manifestations transdisciplinaires organisées par le groupe ProusTime.
La Journée d’Etudes « Littérature et sciences exactes » organisée par Fabrice Chassot, Philippe Chométy, Matthieu Lesueur et Isabelle Serça, avec des collègues et des doctorant.e.s de l’université Paul Sabatier sera ainsi la première d’un cycle qui vise à réunir autour d’objets communs des spécialistes de sciences exactes et de littérature d’une part et des doctorants et des enseignants d’autre part. En organisant une rencontre à plusieurs voix, cette manifestation ouverte aux publics de tous horizons, se propose de revisiter l’opposition traditionnelle des deux cultures littéraire et scientifique, et de la dépasser en interrogeant la puissance cognitive de la littérature, aussi bien que la valeur esthétique des sciences.
La Journée, inscrite au programme interdisciplinaire de la formation doctorale de l’université fédérale, s’adresse à tous les doctorants, en sciences sociales, en sciences de la nature ou en droit.
La manifestation, qui était programmée le 20 mars 2020, a été reportée au printemps 2021 en raison de la pandémie.