Axe 3 : Les objets du savoir

   

a) Le livre : lettre, corps, esprit


Cette thématique regroupe les travaux de PLH concernant la promotion du patrimoine textuel, à travers trois procédures scientifiques :
  • « Lettre » : les éditions de textes, indispensables pour élargir les corpus mis à disposition des chercheurs et, plus largement, des lecteurs, mais aussi les dictionnaires
  • « Corps » : les recherches sur la matérialité du livre, dans une perspective d’herméneutique matérielle permettant, entre autres, de définir des régimes de textualité, de lecture, d’explorer les « goûts » et usages du livre, les rapports texte-image
  • « Esprit » : les traductions, cet exercice de précision (injustement méprisé) confrontant à la difficulté de rendre l’esprit d’un texte.
- Cet axe accompagne donc les activités d’édition et de traduction de textes des membres de PLH. Il donnera lieu à diverses actions de recherche-formation ouvertes aux doctorant.e.s, dans la continuité des ateliers sur le travail d’édition déjà menés en collaboration avec l’IRPALL.
- Il accueillera aussi des travaux autour des dictionnaires savants. Il s’agira d’interroger la vogue actuelle de ces dictionnaires et ce qu’elle dit de notre rapport à la littérature.
- Un partenariat avec l’équipe LLA-CREATIS est engagé pour un programme de recherche autour des biblioclasmes qui sera co-dirigé par Marine Le Bail (ELH) et Benoit Tane (LLA-CREATIS). À un moment où la révolution numérique a réactivé dans l’imaginaire collectif une hantise de « la fin du livre » qui parcourt, en filigrane, toute l’histoire de la littérature occidentale, on s’interrogera sur la fragilité consubstantielle à l’objet-livre à travers la notion de biblioclasme. Si, en effet, les historiens se sont largement penchés sur les implications politiques, épistémologiques et idéologiques de la destruction volontaire de livres, on s’est moins intéressé au biblioclasme comme manière de repenser ou de réinventer la matérialité du livre. Véritable tabou de la culture livresque, l’anéantissement du livre invite à réfléchir aux rapports paradoxaux qui se nouent, autour de l’objet manuscrit ou imprimé, entre aspiration du texte à l’immortalité et finitude du support, entre durabilité et fragilité, entre destruction et recréation. Ce programme de recherche sera décliné autour des couples notionnels bibliophilie/biblioclasme, disparition/restauration, préciosité/précarité. Il permettra la collaboration entre universitaires et acteurs du monde du livre et des bibliothèques (documentalistes, conservateurs, restaurateurs). Ce travail trouvera son aboutissement dans une exposition sur le biblioclasme au sein d’une bibliothèque toulousaine à horizon 2025.


b) Questions d'images : enseignement et didactique de l'image


Un deuxième programme de recherche porte sur les rapports entre le texte et l’image dans une perspective didactique. Si le recours ponctuel à des « illustrations » est courant dans l’enseignement, il est plus rare que les images occupent une place privilégiée, consciente et réfléchie dans la classe, au même titre que les médias textuels.
Cette recherche fédérera des membres de PLH qui s’intéressent à des supports figuratifs (mosaïques, enluminures, gravures, livres illustrés, peintures…) et à leur intégration dans l’enseignement, ainsi que des enseignants du secondaire.
L’objectif est de permettre un partage de nos expériences et l’ébauche d’un regard réflexif. Un séminaire de recherche régulier permettra de faire intervenir des spécialistes, toulousains et extérieurs au site, dont les travaux éclairent l’image et ses potentialités cognitives, émotionnelles, esthétiques. Le recours à l’image dans l’enseignement à destination de publics présentant des handicaps pourra être inclus dans la réflexion.
L’ouvrage didactique collectif qui sera le fruit de ces rencontres aura deux objectifs principaux : élaborer et faire connaître des propositions disciplinaires concrètes dont puissent s’inspirer les enseignants, du secondaire ou de l’enseignement supérieur ; offrir un regard réflexif sur le recours aux images et les manières diverses de se les approprier. D’autres modalités d’articulation entre recherche, formation et terrain sont envisagées, comme l’expérimentation de certaines propositions avec des classes et des journées pédagogiques dédiées.
Ce projet s’inscrit dans la logique collaborative entre PLH et la SFR de l’INSPE au sein de l’axe « La Fabrique des savoirs » et dans le projet IUF d’Anne-Hélène Klinger-Dollé (2018-2023), consacré à la pédagogie de la Renaissance et à son actualité.