Maître de Conférences

M. Jean-Philippe Grosperrin

Maître de conférences en littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles

Coordonnées

Adresse
Université Toulouse - Jean Jaurès 5 allées Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9 Bureau GA 240
Tél
0561504539
Fax
0561504182
Mail
grosperr@univ-tlse2.fr

Discipline(s)

LETTRES MODERNES

Discipline(s) enseignée(s)

Littérature française
Théâtre (XVIe-XVIIIe s.)

Thèmes de recherche

Fénelon
Éloquence sacrée (XVIIe-XVIIIe s.)
Tragédie et opéra (1660-1790)
Idoménée au XVIIIe s.
Houdar de La Motte
Esthétique du monument (XVIIe-XVIIIe s.)

Activités / CV

Né en 1966
Reçu premier à l’agrégation externe de lettres modernes en 1991
Docteur en littérature française de l’Université de Paris-Sorbonne : Le Glaive et le Voile. Économie de l’éloquence dans l’œuvre de Fénelon, sous la direction du Professeur Jean Dagen, 1998
Maître de conférences en littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles à l’Université de Toulouse depuis 1999
Rédacteur de la revue Littératures classiques depuis 2001


PUBLICATIONS

Liste complète des publications

1. ÉDITIONS DE TEXTES

LA MOTTE (Antoine Houdar de), Fables nouvelles (1719) : édition critique, Reims, Épure, coll. « Héritages critiques », à paraître en 2020.

Télémaque à l’opéra (1700-1715). Anonyme de Cambrai, Télémaque, tragédie ; Simon-Joseph Pellegrin, Télémaque, tragédie (1714) ; Alain-René Lesage, Parodie de l’opéra de Télémaque (1715), Paris, Hermann, coll. « Bibliothèque des Littératures classiques », à paraître.

PAULIN (François), Idoménée, tragédie (1700) : édition du manuscrit de la Bibliothèque municipale de Grenoble, Toulouse, Société de Littératures Classiques, 2008.

LA MOTTE (Antoine Houdar de), Discours sur la tragédie (1730) et autres texte relatifs au théâtre, dans La Motte, Textes critiques. Les raisons du sentiment, éd. collective dir. par Fr. Gevrey et B. Guion, Paris, Champion, 2002, p. 491-680, 727-765 et 803-814.


2. ARTICLES

2.1. SUR FENELON ET L’ELOQUENCE RELIGIEUSE

« Centre, cercle, embrassement : de l’amitié des hommes dans la correspondance de Fénelon », Œuvres & Critiques, XLIII, 2, 2018, p. 39-52.

« Le maître, le père, l’ami. Pédagogie et fantasme dans les fictions de Fénelon », dans Figures du maître. De l’autorité à l’autonomie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 185-198.

« Enjouement, élégie, énigme. Remarques sur l’écart parodique dans Fénelon », Littératures classiques, n° 74, 2011, p. 175-199.

« Le Télémaque, ou la nostalgie », Littératures classiques, n° 70, hiver 2010, p. 173-199.

« La voix dans Les Aventures de Télémaque », Méthode !, n° 16, 2009, p. 95-106.

« Sur l’économie du corps dans la prédication de Bossuet », dans Bossuet. Le Verbe et l’Histoire, Paris, Champion, 2006, p. 285-304.

« “Une autre peinture”. Prédication et représentation dans Le Carême du Louvre », Littératures classiques, n° 46, 2002, p. 89-124.


3.2. LA SCENE TRAGIQUE (TRAGEDIE ET OPERA)

« Figures du vulnérable, éclats de la dignité. Quand la scène d’opéra transpose une tragédie de Racine (Mithridate, Iphigénie) », dans Vorstellungen vom Frühmittelalter bis ins 18. Jahrhundert / La Vulnérabilité : discours et représentations du Moyen-Âge aux siècles classiques, Tübingen, SFB, 2019.

« Médée ou l’invocation en scène (1693-1797) », dans Médée : versions et interprétations d’un mythe, Besançon, Presses de l’Université de France-Comté, coll. « Cahiers du GITA », 2016.

« La fête et les fureurs. La couleur tragique dans l’Idoménée de Campra », dans André Campra, Wavre, Mardaga, 2012, p. 253-264.

« Le locus terribilis dans l’Alceste de Gluck (1767/1776) », dans Le Paysage allégorique, entre image mentale et pays transfiguré, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 259-275.

« La “cérémonie” comme catégorie critique dans le Théâtre des Grecs du Père Brumoy », Anabases, n° 14, 2011, p. 61-73.

« Du sublime dans l’opéra des Lumières : Idomeneo de Mozart et Varesco », Dix-huitième siècle, n° 43, 2011, p. 203-227.

« La terreur et le rite », L’Avant-Scène Opéra, n° 256 (Alceste de Gluck), mai-juin 2010, p. 94-99.

« Idoménée au XVIIIe siècle : sur la résurgence d’un mythe (1690-1792) », dans La Mythologie, de l’Antiquité à la modernité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 267-280.

« Phèdre, fable fatale. Sur l’art des couleurs dans la tragédie mythologique (1677-1733) », dans Poétique de la pensée. En hommage à Jean Dagen, Paris, Champion, 2006, p. 419-436.

« Résurrections princières de la tragédie grecque à la fin du règne de Louis XIV : l’Électre de Longepierre (1702) et l’Iphigénie en Tauride de Malézieu (1713) », Anabases, n° 2, octobre 2005, p. 115-145.

« Houdar de La Motte interprète de la dramaturgie cornélienne, ou la mort du merveilleux », XVIIe siècle, n° 225, 2004, p. 697-705.

« La duchesse du Maine et la simplicité du théâtre tragique. Sur la réfection de la tragédie grecque, de Malézieu à La Motte », dans La Duchesse du Maine. Une mécène à la croisée des arts et des siècles, Études sur le XVIIIe siècle, n° 31, 2003, p. 249-264.

« Furies de théâtre. Dramaturgie des fureurs dans la tragédie classique », dans Mythe et Histoire dans le théâtre classique. Hommage à Christian Delmas, Toulouse, Société de Littératures classiques, 2002, p. 261-281.


3.3. DIVERS

« Le retour de Louis, le repos de Louis. Célébrer le Roi en petits opéras (1683-1700) », dans Musiques en liberté. Entre la cour et la province au temps des Bourbons, Paris, École des Chartes, 2018, p. 463-485.

« “Littéraire, c’est-à-dire humain” : les auteurs du XVIIe siècle dans L’Aventure de Prométhée », dans Raymond Naves. Les débuts de l’esthétique au XVIIIe siècle, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2018, p. 85-97.

« Performance de l’oratorio et inscriptions du sublime : Il Ritorno di Tobia de Haydn (1775-1784) », dans À la croisée des arts. Sublime et musique religieuse en Europe (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 63-79.

« Antiquités à l’œuvre. L’Orfeo de Gluck et la nostalgie primitiviste dans l’Europe des années 1750-1770 », dans D’un Orphée l’autre (1762-1859) Métamorphoses d’un mythe, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 2014, p. 23-47.

« “Un spectacle si peu prévu”. Scènes d’opéra et poésie romanesque dans La Nouvelle Héloïse », dans Rousseau et le spectacle, Paris, Armand Colin, 2014, p. 237-254.

« Empires du trouble et de la paix. Remarques sur la “pastorale héroïque” à l’opéra (1672-1754) », Revue Fontenelle, n° 10, 2012, p. 233-275.

« “Perdre de vue son siècle” ? L’historicité du decorum dans les remarques des époux Dacier sur le théâtre et l’épopée antiques », Littératures classiques, n° 72, été 2010, p. 101-120.

« “ Un certain unisson d’âmes ” : rhétorique de la sympathie et imaginaire dans La Nouvelle Héloïse », dans Les Discours de la sympathie. Enquête sur une notion de l’âge classique à la modernité, Québec, Presses de l’Université Laval, 2007, p. 149-170.

« Houdar de La Motte librettiste (1697-1703), ou comment faire époque autour de 1700 », dans L’Année 1700, Biblio 17, n° 154, 2004, p. 171-193.


4. TRADUCTIONS

WETTE (Adelheid), Hänsel et Gretel, livret pour l’opéra homonyme d’Engelbert Humperdinck, traduit de l’allemand par J.-Ph. Grosperrin, dans Humperdinck : Hänsel et Gretel, Programme de l’Opéra national de Paris, avril 2013, p. 101-121.