Journée d'études (Erasme) : Percussions Antiques. Organologie - Perceptions - Polyvalence

Publié le 8 janvier 2019 Mis à jour le 12 janvier 2019
le 31 janvier 2019
8h30-17h
Université Toulouse - Jean Jaurès
Maison de la Recherche, Salle D29

Organisation : Arnaud Saura-Ziegelmeyer
Comité scientifique : Angela Bellia, Laurent Bricault, Adeline Grand-Clément, Arnaud Saura-Ziegelmeyer, Alexandre Vincent

Longtemps parents pauvres de la recherche sur la musique antique et très souvent relégués à la fin des ultimes pages des catalogues d’instruments de musique, les instruments à percussion connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt de la part du monde scientifique. Les études les plus récentes ont pourtant montré la complexité des usages de ces artefacts qui, au-delà de leur seul mécanisme sonore, sont mobilisés dans variété de contextes (cérémonies, symphonia, théâtre, domaine funéraire, offrandes votives, etc.) pour des raisons multiples. On s’intéressera plus particulièrement au cas des idiophones dans le cadre de cette journée, mais également aux membranophones lorsque les données le permettent.
Issus de sanctuaires, de tombes, de milieux domestiques ou sans contexte archéologique, les realia se retrouvent dans de très nombreuses collections archéologiques mais sont traités de façon dispersée dans la littérature scientifique. De surcroît, les points de vue des auteurs anciens sont souvent inféodés à l’appartenance identitaire, culturelle ou religieuse, de ces différents instruments. Cette journée d'étude a donc pour objectif de proposer une réflexion de synthèse autour des enjeux méthodologiques, de l’étude des contextes de découverte ou encore des questions organologiques. Les communications s'appuieront donc sur un corpus archéologique local, régional ou transrégional.
Les autres sources (littérature, iconographie, etc.) disponibles sont également mobilisées pour permettre une meilleure compréhension des enjeux et des usages des instruments à percussion. Les communications porteront sur la perception et les représentations de certains instruments par les Anciens eux-mêmes. Elles permettront aussi de saisir la multiplicité des fonctions des instruments à percussion et leur potentielle connexion avec les sens aristotéliciens autres que l’ouïe.


Contact :
Arnaud Saura-Ziegelmeyer