Table Ronde Internationale sur Delphes

Publié le 14 septembre 2010 Mis à jour le 19 mai 2019
du 24 septembre 2010 au 25 septembre 2010 Maison de la Recherche, salle D 30

Programme de la Table Ronde

Voilà près de deux décennies qu'ont eu lieu les deux dernières rencontres à Delphes, organisées à l'occasion du centenaire des fouilles françaises sur le site (1991 et 1992). C'est également dans la foulée que sont parus les deux guides du site publiés par l'Ecole d'Athènes (Le Site et Le Musée) ainsi que la synthèse de M. Maass, Das Antike Delphi. Orakel, Schätze und Monumente (1993). Pourtant depuis ce temps, de nombreux travaux lui ont été consacrés. Le renouvellement est considérable. On note ainsi un intérêt nouveau pour les époques moins prestigieuses, mais tout autant historiques du site : l'époque mycénienne, l'Age du fer et les époques romaine et paléochrétienne. On note également des recherches consacrées à des types de mobilier qui n'étaient pas ou pas suffisamment étudiés (la céramique, les œufs d'autruche etc.)? Certains domaines d'étude plus classiques ont entièrement été revisités, comme le décor sculpté du temple d'Apollon du IVe s. qu'on avait longtemps cru entièrement perdu, désormais largement  reconstitué, exposé dans le nouveau musée et publié dans un volume des Fouilles de Delphes. On pourrait également citer, l'architecture du théâtre, du temple, des piliers votifs du sanctuaire, les questions de chronologie etc. Enfin, les sciences naturelles et les ressources toutes nouvelles de l'informatique et de l'imagerie ont commencé à livrer des données importantes, que ce soit pour l'histoire de l'alimentation du paysage, ou pour les reconstitutions de monuments ou de sculptures.
 
Mais durant cette table ronde, on se penchera sur un aspect plus spécifique du renouvellement des études delphiques : les relations entre le sanctuaire et la cité d'une part et celles qui relient Delphes au monde extérieur d'autre part. En effet, tandis que les recherches antérieures aux années 90 ont porté principalement (mais pas uniquement) sur le site lui-même, celles qui ont suivi ont souvent conduit à replacer l'histoire du sanctuaire et de ses monuments dans un cadre plus global. Ainsi s'est-on intéressé à la ville, sur laquelle une thèse est en cours, sur le paysage, sur les deux territoires delphiques, celui de la cité et celui du dieu, géré par l'amphictionie. Le cadre régional a également attiré l'attention. Diverses études épigraphiques et quantité de recherches archéologiques (fouilles et prospections) en donnent une meilleure connaissance.  L'étude de la nécropole de Médéon, fouillée par l'EFA et le Service archéologique grec en 1962 et 1963, a fait l'objet de recherches, particulièrement pour l'époque mycénienne, mais le mobilier de l'Age du fer est également à l'étude. Les travaux de prospection et les nombreuses fouilles archéologiques menées dans toute la Phocide, et notamment à Kirrha, où l'EFA travaille en collaboration avec l'Ephorie de Delphes, à Amphissa (Service archéologique), mais aussi à Kalapodi (Institut allemand) et dans divers autres sites, ont élargi de façon sensible nos connaissances. Des études régionales, consacrées entièrement ou partiellement à la Phocide, ont posé la question de l'ethnogénèse phocidienne, interrogeant la position de Delphes au sein de ce phénomène. Enfin le cadre international a été largement exploré. L'histoire de l'amphictionie pylaio-delphique a donné lieu à deux synthèses et les actes enregistrant les décisions de cette assemblée ont été rassemblés dans un volume du Corpus des Inscriptions de Delphes. Les différents concours internationaux (Pythia, Sôtéria) ont fait l'objet d'une thèse. Il en a été de même de la stèle des Théorodoques, cette inscription qui enregistre la liste des personnes qui devaient recevoir les ambassadeurs envoyés annoncer les Pythia et Sôtéria dans tout le monde grec. Une très vaste étude des offrandes monumentales a été publiée et le mobilier votif a fait l'objet de recherches, deux champs d'études permettant de préciser les fréquentations et de connaître les relations entre Delphes et les différents états du monde antique. A l'époque paléochrétienne, la place de Delphes apparaît mieux aujourd'hui, grâce à diverses études, qu'elles portent sur les ateliers de céramique, sur la vie d'Ossios Loukas et maints autres sujets.
 
Ces diverses études, très novatrices et d'une grande richesse, ont profondément renouvelé nos connaissances, mais elles sont orientées dans des directions très différentes. Un bilan paraît donc s'imposer aujourd'hui. Tel est l'objet de la table ronde du 24-25 septembre. Elle sera organisée de la façon suivante :
 
-          La cité de Delphes : territoire, ville, institutions ;
-          Delphes en Phocide : frontières, terre de Delphes et terre sacrée, tribus et phratries, relations entre Delphes et le reste de la Phocide au travers du matériel archéologique comme des inscriptions, identité phocidienne ;
 
-          Delphes, enjeu international : colonisation, amphictionie, fréquentations internationales.
Partenaires :

École Française dAthènes