Littératures, n° 79 : "Chateaubriand et le monde sensible"

Publié le 18 mars 2019 Mis à jour le 18 mars 2019
du 18 mars 2019 au 18 mai 2019

Pierre GLAUDES, Alvio PATIERNO, Jean-Marie ROULIN, Valeria SPERTI (coord.)

La prose de Chateaubriand exprime une attention aiguë à la dimension sensible du monde. « L’Enchanteur » excelle dans les descriptions de paysages et dans un art du récit irisé par des détails matériels : odeurs, sons, couleurs… La critique, depuis un demi-siècle, a souvent souligné, dans cette poétique du sensible, l’aimantation d’une négativité qui ne dit la splendeur que pour révéler son envers ou sa décomposition.
 
Mais l’enchantement, qui surgit de l’écriture, confronte aussi le lecteur à la présence immédiate du monde, au poids des objets, de la sensation première où tout s’origine. C’est l’ambivalence de cette poétique que ce numéro se propose d’explorer sous ses divers aspects, stylistique, sémantique, esthétique et idéologique.