Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Liens utiles > Colloques et conférences en ligne

Une notion en question : le baroque occitan, Journée d'études

le 2 octobre 2015

organisé par Jean-François Courouau (U2J, ELH) et Gilles Couffignal (Paris Sorbonne), en collaboration avec "Il Laboratorio"

Retable de Notre-Dame de Pitié, chapelle des Capucins (Cazères, Haute-Garonne)

Retable de Notre-Dame de Pitié, chapelle des Capucins (Cazères, Haute-Garonne)

Cette journée est disponible en ligne sur le site Fabula en suivant ce lien ici

Programme

09:00

 Jean-François Courouau (Toulouse-Jean Jaurès) & Gilles Couffignal (Paris-Sorbonne)

Introduction

09:30

Javier Pérez Bazo (Toulouse-Jean Jaurès)

Le baroque espagnol et la question terminologique

10:00

Jean-Luc Nardone (Toulouse-Jean Jaurès)

Valences du pétrarquisme dans la poésie baroque italienne

10:30

Marie-Dominique Legrand (Paris-Ouest Nanterre La Défense)

Positions et propositions : le baroque et la critique sur les textes français des XVIe et XVIIe siècles aujourd’hui

11:00

Discussion et pause

11:15

Michel Jourde (ENS Lyon)

Le « baroque » avant les « baroques occitans » : variations d’échelles et décentrements en histoire littéraire

11:45

Philippe Gardy (CNRS)

Robert Lafont et la naissance du baroque occitan

12:15

Discussion

14:00

Table ronde

15:30

Conclusion

présentation


La notion de baroque, introduite dans les études littéraires françaises par Jean Rousset (1953), a été aussitôt appliquée à la littérature occitane par Robert Lafont (1958), jusqu’à y occuper pendant longtemps une place centrale. Tandis que la recherche récente, tant en littérature française qu’occitane, se désintéresse de la question, l’appellation « baroque occitan » reste souvent employée, par la réédition d’anthologies (Lafont 2004) ou dans des documents de pédagogie. Par ailleurs, les débuts d’une histoire de l’histoire littéraire occitane ont pu faire la part belle à ce « baroque occitan » (Cavaillé 2012). C’est cette permanence ou ce retour du « baroque » que nous souhaiterions interroger, dans des perspectives à la fois historiographiques et pratiques. Qu’a-t-on pu vouloir désigner par la notion de « baroque occitan » et en avons-nous encore besoin ?

1. Retour sur un moment de la critique littéraire de la seconde moitié du xxe siècle.

En quoi le « baroque occitan » est-il occitan ?

Comment a-t-on pu parler de « baroque occitan » ? à partir de quand ? en référence à quels travaux français ou européens ? Quelles sont les spécificités que l’on a voulu donner au baroque occitan ? Quels liens entre les terrains occitan et catalan (Rossich 1997) ?

En quoi le « baroque occitan » est-il baroque ?

S’agit-il d’une catégorie littéraire ou artistique ? Dans la seconde mouture de l’anthologie de Lafont (1974), le notion de « baroque » englobe différents thématiques : Éros, Arcadie, Carnaval. Quelle est la valeur critique d’un tel réseau d’images ?

2. La fonction critique d’une catégorie d’histoire littéraire

Une période « baroque » de la littérature occitane ?

La période envisagée pour un « baroque occitan » devient de plus en plus large chez Lafont et Gardy, jusqu’à devenir un quasi synonyme de littérature de l’âge moderne (Gardy 1997). Est-ce une périodisation propre à la situation de l’occitan ? Quel lien avec l’hypothèse de « deux littératures d’oc successives » (Lafont 1987, Chambon 2013) ?

Une catégorie d’histoire littéraire ou d’analyse politique ?

La notion de « baroque occitan », d’abord purement littéraire (Lafont 1958), semble avoir évolué  vers une analyse en termes de conflit sociolinguistique (Lafont 1974). Le « baroque occitan » est-il une catégorie d’histoire littéraire ou un schéma d’analyse politique ?

Le « baroque occitan » : une préfiguration des études postcoloniales ?

Comment Lafont a-t-il pu influencer un africaniste tel que Bernard Mouralis pour ses Contre-littératures (2011) ? Quel lien entre le domaine occitan et les études postcoloniales (Lagarda 2014) ? 

Bibliographie

Catusse, Guy, « Aux origines du “baroque littéraire” en France : 1935-1950. Aperçus historiographiques », Les Dossiers du Grihl, 2012.

Cavaillé, Jean-Pierre, « L’invention de la littérature baroque occitane : Félix-Marcel Castan et Robert Lafont », Les Dossiers du Grihl, 2012.

Casanova, Jean-Yves, « Recensement et critique de la littérature occitane des xvie et xviie siècles : tradition érudite, “baroque et maniérisme” en Provence », Lengas revue de sociolinguistique, no 43, 1998, p. 69-115.

Castan, Félix-Marcel, « Une épopée baroque de 1610 et le sens de la première renaissance littéraire occitane », Baroque, no 1, 1965, p. 131.

            « Parade, parodie et jonglerie poétiques en Occitanie baroque – Un cas limite de théâtralisation du poème », Baroque, no 2, 1967.

« Essai de définition d’un contre-champ littéraire. La “voix” occitane baroque », Baroque, no 3, 1969, p. 97-107.

            « Suzon de Terson », Baroque, no 4, 1969.

« Le combat de Montaigne  », Baroque, no  7, 1974.

« Sixième session. Statut du concept de Baroque », Baroque, no 09-10, 1980.

« L’escòla picturala de Tolosa del sègle xvii », repris dans Idem, Argumentari. Lo semen del militantisme, Puèglaurenç, IEO, 1994, p. 28-30.

Chambon, Jean-Pierre, « Combien de littérature d’oc ? Une question de fond pour les nouvelles études occitanes », Revue des langues romanes, vol. 117, no 1, 2013, p. 193-208.

Couffignal Gilles et Michel Jourde, « Linguistique et colonialisme : la place des études sur le XVIe siècle », Glottopol, no 20, 2012.

Gardy, Philippe, Histoire et anthologie de la littérature occitane. 2. L’âge du baroque, Presses du Languedoc, 1997.

Guedj, Hélène, « Théophile de Viau, poète baroque et le Sud-Ouest », Baroque, no  1, 1965.

Lafont, Robert, « Godolin e l’espaci dau lengatge », OC, no  209, 1954, p. 129-133.

La Renaissance toulousain de 1610, Avignon, Aubanel, 1960.

La conscience linguistique des écrivains occitans, Université de Montpellier, 1964.

Renaissance du Sud. La littérature occitane au temps d’Henri IV, Paris, Gallimard, 1970.

« Deux littératures d’oc successives ? questions de méthodologie », Actes du premier congrès international de l’AIEO, éd. P. T. Ricketts, Londres, AIEO, 1987, p. 13-34.

Baroques occitans. Anthologie de la poésie en langue d’oc -1560-1660, Montpellier, Lo gat ros, 2004 [première éd. 1974].

Lafont, Robert et Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 1970.

Lagarda, Christian, « Seriam pòstcolonials ? Reflexions sul “colonialisme interior” e los estudis pòstcolonials », Amb un fil d’amistat. Mélanges offerts à Philippe Gardy, éd. Jean-François Courouau, François Pic et Claire Torreilles, Toulouse, CELO, 2014, p. 639-651.

Lieutard, Hervé (dir.), « Mille ans de littérature occitane. Parcours historique et problématique », Université ouverte des humanités, s.d.

Mouralis, Bernard, Les contre-littératures, Paris, Hermann, 2011 [première éd. 1975].

Rousset, Jean, La littérature de l’âge baroque en France. Circé et le paon, Paris, José Corti, 1953.

Rossich, Albert, « Renaixement, Manierisme i Barroc en la literatura catalana », Actes del vuitè col.loqui internacional de llengua i literatura catalanes, Antoni Badia i Margarit e Michel Camprubí (éd.), Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1988, t. 2, p. 149-180

« És vàlid avui el concepte de decadència de la cultura catalana a l’època moderna ? Es pot identificar decadéncia amb castellanització ? », Manuscrits, no 15, 1997, p. 127-134.

Rossich, Albert et August Rafanell (éd.), El barroc català, Barcelona, Quaderns Crema, 1989.

Person, Yves (dir.), « Minorités nationales en France », Les Temps modernes, no 324-325-326, 1973.

Tortel, Jean (dir.), « Baroques occitans », Cahiers du Sud, no 353, 1959.




Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page