Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Publications

Adeline Grand-Clément, La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (VIIIe s.- début du Ve s. av. n. è.)

Paris, De Boccard, 2011.

Nouvelle image (1).jpg

Nouvelle image (1).jpg

Pourquoi, chez Homère, l’arc-en-ciel et la mer sont-ils pourpres ? Les Grecs de l’époque archaïque se montraient-ils insensibles au bleu du ciel et au vert de la végétation ? On ne peut plus invoquer, comme certains savants du XIXe siècle l’ont fait, une forme de daltonisme dû à un stade immature de développement. Il nous faut plutôt admettre que les Anciens appréhendaient le chromatisme d’une manière radicalement différente de la nôtre. Dans ce livre, l’auteur invite à explorer les voies de cette différence, en tentant de reconstituer tout un pan du « paysage sensible » des Grecs, à savoir le lieu où interfèrent leurs façons de penser, de sentir et d’agir.
Pour aborder le problème des couleurs d’une façon neuve, il faut partir des catégories antiques et s’attacher à dégager la cohérence des systèmes de représentations qui s’y rattachent, en portant attention à toutes les manifestations culturelles du phénomène chromatique : les faits de langue comme les pratiques artisanales, aujourd’hui mieux connues grâce aux progrès de l’archéologie. La confrontation de ces deux types de documentation, qui répondent à des exigences propres mais procèdent des mêmes préoccupations culturelles et sociales, s’avère féconde. En faisant dialoguer le corpus littéraire (d’Homère à Pindare et Eschyle) avec les vestiges de polychromie sur les artefacts, l’enquête jette un éclairage original sur l’histoire du monde grec archaïque, entre le VIIIe siècle et le début du Ve siècle avant notre ère. Elle révèle que la sensibilité préclassique n’a rien de primitif ni d’immature, mais se caractérise au contraire par un goût prononcé pour le raffinement des jeux chromatiques. Les Grecs appréciaient le mélange de couleurs vives et contrastées, le chatoiement et l’éclat, tout ce qui relevait de la poikilia, cette bigarrure réjouissante, symbole de l’excellence, dont les résonances multiples sont à la fois sociales, religieuses et politiques.

Télécharger le bon de commande [PDF - 520 Ko]

Lieu(x) :