Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Manifestations Scientifiques > Journées d'études > Archives Journées d'études

Atelier « Mener une thèse en théorie et pratique de la création littéraire »

le 12 juin 2018
de 9h30 à 18h

Responsable : Isabelle Serça, Université Toulouse-Jean Jaurès

Avec l’ouverture récente en France de nouveaux masters de « Création littéraire » (Toulouse, Le Havre, Paris 8, Cergy-Pontoise, Clermont-Ferrand) et la validation en 2014 par le ministère de la mention de master « Création littéraire » et de la mention de thèse « Pratique et théorie de la création artistique et littéraire » (Cergy-Pontoise et Aix-Marseille), un nouveau champ d’enseignement et de recherche se dessine pour les Lettres : celui de la théorie et de la pratique de la création littéraire. Ces nouvelles formations reposent en effet sur le présupposé que l’écriture littéraire, comme les autres arts tels que la musique ou la peinture, peut donner lieu à un apprentissage et constituer un champ de recherches.

Ce domaine d’enseignement, comme on le sait, est déjà très répandu outre-atlantique, avec des cursus de creative writing en licence et master dans la plupart des universités. Il ne s’agit pas de copier ce modèle anglo-saxon, mais de s’appuyer sur l’émergence en France, depuis les années soixante, de la génétique textuelle et des ateliers d’écriture — plus précisément des ateliers d’écriture littéraire. Ces ateliers sont fondés sur la relecture et la réécriture, avec pour visée d’améliorer le texte de départ au fil des versions successives : l’objectif est de permettre aux étudiants de « fonder leur propre rhétorique » (Ponge). C’est là qu’intervient le domaine de la génétique textuelle, qui a posé l’écriture comme un processus, observable dans les brouillons.

Au-delà, ce champ de recherche-création sur l’écriture littéraire relève d’un domaine plus général qui est celui de la théorie et de la pratique des processus de création, ce qui ouvre la voie à des collaborations avec d’autres formations artistiques, quelles qu’elles soient. On pourra ainsi considérer ce qui existe déjà dans les écoles d’art, où l’étudiant présente à la fois une création et une réflexion sur cette création, qui peut prendre des formes diverses (journal de bord, essai critique…).

Ce champ constituerait donc à la fois un champ d’enseignement, de création et de recherche fondé sur l’articulation entre théorie et pratique dans le domaine de l’écriture : c’est dans ce cadre que s’inscrivent les nouvelles thèses à venir, pour lesquelles nous devons inventer un canon académique.

Telles sont les raisons qui nous ont amenés à proposer cet Atelier de travail, ouvert aux doctorant.e.s et aux encadrant.e.s, où nous examinerons ensemble les difficultés méthodologiques et/ou théoriques que présente ce type de recherches. L’objectif est ainsi de partager une expérience commune, afin de délimiter ensemble ce nouveau domaine de recherche-création.

________________________________________
Invités :
  • Laure Limongi, Université du Havre
  • Mara Magda Maftei, Université de Bucarest
  • Catherine Milkovitch-Rioux, Université de Clermont-Ferrand
  • Jean-Marc Quaranta, Université d'Aix-Marseille
  • Corine Robet, Université d'Aix-Marseille
  • Dominique Viart, Université de Paris-Nanterre
  • Sylvie Vignes, Université de Toulouse-Jean Jaurès
____________________
Comité d’organisation :
  • Floriane Blanchot, Doctorante en théorie et pratique de la création littéraire (dir. I. Serça), Université de Toulouse-Jean Jaurès.
  • Jimmy Poulot-Cazajoux, Doctorant en théorie et pratique de la création littéraire (dir. I. Serça), Université de Toulouse-Jean Jaurès.
  • Isabelle Serça, Professeure de Langue et Littérature françaises, Directrice de l’Equipe PLH-ELH, Université de Toulouse-Jean Jaurès.

Lieu(x) :
à la Maison de l’Occitanie, 11 rue Malcousinat (métro Esquirol), 31000 Toulouse

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page