DESPAX Arnaud " />

Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Formation à la recherche > Thèses soutenues à PLH

Thèse de DESPAX Arnaud

La question de la totalité dans la poésie française postérieure à la Seconde Guerre mondiale (André Frénaud, Patrice de La Tour du Pin, PierreEmmanuel)

dir. P. MAROT. Soutenue le 9 février 2010 Mention « Très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité ». La thèse obtient le Prix « Georges Bastide » 2010 de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse.

Résumé 
Si la modernité poétique est souvent associée au désir de silence, d’effacement, de fragmentation, certains poètes français de la seconde moitié du XXe s. revendiquent explicitement la soif d’une confrontation au grand Tout, dans des œuvres élaborant, selon un héritage romantique, diverses stratégies de totalisation poétique : ainsi, en particulier, d’André Frénaud, Patrice de La Tour du Pin et Pierre Emmanuel. Sous cet apparent anachronisme de leurs œuvres se laisse en réalité lire une tension, où s’exprime la dualité sémantique de la notion de totalité – entre intensivité et extensivité : le Livre total prétend-il au pouvoir de ramener le multiple à un Tout homogène, ou s’ouvre-t-il à tout sans nier l’infini ? La rupture instaurée par la Seconde Guerre mondiale exacerbe cette incertitude : elle jette le doute sur l’ambition de totalité qui, dans sa dimension intensive, court un risque d’ordre totalitaire – celui de la parole définitive ignorant le reste du monde. Loin de rester aveugle à un tel risque, les trois poètes en question l’exposent : la tentation du tout se trouve limitée par la singularité irréductible des êtres et des choses. Subissant alors une détotalisation due à la crise axiologique d’une posture énonciative compromise, les œuvres acceptent la blessure de l’altérité qui les fragmente. Parce qu’elle fonde sur une éthique de la relation la possibilité de jouer librement le jeu de la multiplicité extensive, la poésie réinvente son droit, sans doute précaire, à se développer comme dynamique de totalisation.

Jury
M. Jean-Yves Debreuille, Professeur de Littérature française du XXe siècle à l'Université de Lyon II – Lumière (Rapporteur) ;
M. Dominique Rabaté, Professeur de Littérature française moderne et contemporaine à l'Université de Bordeaux III – Montaigne (Rapporteur) ;
Mme Marie-Catherine Huet-Brichard, Professeur de Littérature française du XIXe professeur de Littérature française moderne à l’UTM.

À paraître aux éditions Honoré Champion, collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée », dirigée par Jean Bessière.