Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Axes de recherche > axes ELH 2015-2019

Axe 6- ELH, Espaces modernes et contemporains (responsables : Jean-Yves Laurichesse, Patrick Marot, Sylvie Vignes)

 Les recherches engagées autour de la mémoire et de l’espace dans la littérature des XXe et XXIe siècles se prolongeront et se renouvelleront en associant poétique et herméneutique.

Le séminaire « Avatars de la “situation narrative” dans les récits français et francophones des années 80 à nos jours » (resp. Sylvie Vignes) s’intéressera en particulier à une tendance dominante aujourd’hui qui consiste à confier la position focale, voire la narration, à ceux qui, par nature ou de façon conjoncturelle, ne peuvent y voir clair, ou dont la perception des choses et des événements est de quelque façon déformante. Les choix opérés par les écrivains actuels en matière de temporalité contribuent souvent aussi à l’infléchissement particulier de la situation narrative, cherchant à surprendre les défenses du lecteur pour mieux le « retourner » émotionnellement.

Un projet sur « Le hors-scène » (resp. Lydie Parisse, avec le soutien du LabEx SMS), amorcé à la fin du contrat actuel, sera développé. Le hors-scène, proche du hors-champ au cinéma, renvoie aux coulisses de la scène. Il peut s'appliquer à un personnage, à un lieu, à un espace-temps. S'inscrivant dans une dynamique paradoxale, il vise à créer un point de fuite à partir duquel tout ce qui se passe sur scène se lit à la lumière de ce qui n'est pas montré, comme si le hors-scène donnait en quelque sorte la mesure de la scène. Le hors-scène pose la question des marges, des frontières du visible et du représentable.

Le colloque « L’ombre de Proust et de Faulkner sur le roman français et francophone » (resp. Jean-Yves Laurichesse, Patrick Marot et Isabelle Serça) s’intéressera à ces deux grands écrivains en tant que leurs oeuvres ont révolutionné la représentation du temps et de l'espace dans le roman du XXe siècle, produisant un effet remarquable de polarisation - positive ou négative - tant par les modèles d'absolue réussite qu'ils proposaient respectivement, que par les voies de la modernité dans lesquelles ils pouvaient engager la littérature - pour la sauver ou pour la perdre selon les points de vue.

D’autres projets seront étroitement articulés aux axes de PLH (« L’invention des traces » et « La fabrique des savoirs ») : sur le rapport des lecteurs aux lieux de la création (projet d’un ouvrage collectif « L’écrivain, ses lieux, ses traces », resp. J.-Y. Laurichesse) ; sur les bibliothèques d’écrivains (projet d’exploration systématique de la bibliothèque de Giono), sur la vogue des dictionnaires d’auteurs (Journée d’études « Écrivains de A à Z : enjeux, méthodes et usages des dictionnaires d’auteurs », resp. J.-Y. Laurichesse). Enfin, la collaboration avec le CAS dans le cadre du séminaire « Poéthiques » (N. Cochoy et J.-Y. Laurichesse) sera poursuivie.