Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Axes de recherche > axes ELH 2015-2019

Axe 2- ELH : De la langue au style (responsable : Isabelle Serça)

Comme l’indique le titre, cet axe a le style pour objet d’étude — en diachronie longue, du XVIe siècle au XXIe. Ses membres organisent d’une part des manifestations centrées sur la langue et participent régulièrement d’autre part aux manifestations organisées par les autres axes en apportant le point de vue du style.

Isabelle Serça (Langue XXe) a ainsi organisé en novembre 2015 la séance « La langue comme patrimoine », dans le cadre du séminaire « Passeurs » (avec G. Philippe, Y. Le Pestipon et J.-P. Goux) ; elle a participé au colloque « États des lieux » organisé par J.-Y. Laurichesse et S. Vignes à Toulouse en mars 2015 et, en octobre de la même année, au colloque « Les femmes en mouvement. L’univers sentimental et intellectuel des romancières du début du XIXe siècle » organisé à Potsdam par Fabienne Bercegol et Cornelia Klettke. Elle présentera le 10 novembre 2017 une intervention sur « La ponctuation, mémoire du texte » lors de la Journée d’Études sur « L’Invention des Traces » dans le cadre du séminaire du laboratoire PLH.

Agnès Rees (Langue XVIe) co-organise, avec trois collègues spécialistes de littérature des XVIe-XVIIIe siècles (P. Chiron, P. Chométy, H. Cussac) un colloque sur les « présences de la voix dans la littérature des XVIe-XVIIIe siècles », qui est prévu pour 2019.

Pour ce qui est des manifestations qui sont propres à l’axe, en octobre 2015 s’est tenu un colloque sur l’œuvre de Maylis de Kerangal, organisé conjointement à Paris-Sorbonne et à Toulouse par M. Bonazzi, C. Narjoux et I. Serça (parution en janvier 2017 aux Éditions Universitaires de Dijon : La Langue de Maylis de Kerangal). Deux Journées d’Études organisées par J.-Y. Casanova et I. Serça sur « Esthétique et politique de la langue dans les récits contemporains » se sont tenues, la première en novembre 2015 à l’université de Pau (autour de l’écrivain Jean-Yves Laurichesse) et la seconde à l’université de Toulouse le 20 janvier 2017 (autour de l’écrivain Jean-Paul Goux). Enfin en mars 2017, a eu lieu à Toulouse la Journée d’Études organisée par Agnès Rees et Isabelle Serça, « La langue comme organisme vivant », la publication étant prévue pour fin 2018.

Cette Journée s’inscrivait dans le projet d’Agnès Rees sur les représentations et l’imaginaire de la langue du XVIe au XXIe siècles. Il s’agit d’une part d’interroger les représentations linguistiques et littéraires de la langue française, les images (organiques et corporelles notamment) que celles-ci suscitent, en confrontant leur élaboration et leurs enjeux dans des textes tant théoriques et littéraires. D’autre part, il s’agit d’explorer, d’un point de vue plus rhétorique et toujours en diachronie longue, le pouvoir de représentation et de persuasion propre à la langue elle-même, la manière dont elle peut affecter l’esprit et le corps du locuteur (de l’orateur) et de l’allocutaire (de l’auditeur), et les enjeux de pouvoir qui se rattachent à de tels usages du langage. Ces réflexions, abordées lors d’un séminaire de Master Recherche de septembre à décembre 2015, pourraient être développées par ailleurs dans le cadre de la Journée d’étude « Rhétorique et clinique du corps politique », en collaboration avec Philippe Maupeu (projet en cours, date à définir).