Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Axes de recherche > axes de recherches du CRATA > Axes CRATA

AXE 2 : PATRIMOINE ET SOCIÉTÉS

Responsable : Jean-Marc Luce

Cet axe se décline en deux thématiques :

a. Recherches sur les traces du passé

- archéologie : Delphes, projet Garonne, rites funéraires, archéométrie

- linguistique : Le latin archaïque : témoignages d’une société à travers l’épigraphie

b. Populations, ethnicité et sociétés

- regards croisés sociétés anciennes / sociétés contemporaines

- réseaux d’artistes

- sources sur le théâtre antique : textes, inscriptions, représentations iconographiques, monuments

Ce deuxième axe décline l’une des thématiques fondamentales de PLH : le patrimoine. Il s’agit pour nous tout à la fois de produire de nouvelles données et de développer des problématiques neuves, afin de profiter pleinement de la pluridisciplinarité qui caractérise le CRATA. Deux orientations principales ont été retenues. La première nous place à la recherche des traces du passé (2.a). Nous rassemblons là tous les programmes de recherche archéologique, d’archéométrie et les corpus documentaires : le programme Recherche sur la ville de Delphes, avec ses fouilles et ses prospections, se poursuivra (avec l’EFA, Paris 8 et d’autres instituts), mais aussi le Projet Garonne, devenu un programme actif (avec TRACES). D’autres programmes se rattachent aux deux premiers, comme le programme Prométhée (recherches sur les propriétés optiques et mécaniques des sols archéologiques), qui se fait en collaboration avec le laboratoire d’optique de l’ONERA et l’INSA. À côté de l’archéologie, nous plaçons ici les recherches des linguistes, qui sont destinées à prendre un développement nouveau au CRATA. Ces chercheurs souhaitent notamment développer, pendant le prochain quinquennal, un programme intitulé Le latin archaïque, permettant de recueillir les témoignages d’une société à travers l’épigraphie. Enfin, un programme en cours, en collaboration avec le GDR THEATHRE, consiste en l’établissement d’un corpus des sources antiques sur le théâtre.

Tandis que la première orientation concerne les sources primaires de la recherche, la seconde est plus directement ancrée dans des problématiques historiques : Populations, ethnicité et sociétés (2.b). Les questions relèvent de la sociologie des sociétés anciennes, que ce soit dans le domaine de l’histoire à proprement parler (Regards croisés), ou celui de l’histoire de l’art (Réseau d’artistes). Regards croisés permet d’interroger les sociétés anciennes à partir des problématiques des contemporanéistes et des sociologues de notre époque. L’étude portant sur les réseaux d’artistes permettra d’étudier, à partir du corpus des inscriptions, les liens avec les commanditaires, les institutions, les cités. Cette recherche se construira en écho à celle, menée par ERASME, sur les réseaux de savants dans l’Antiquité. Nous avons là des programmes ambitieux pour lesquels des financements de type ATS (IDEX) ou ANR se justifieraient et pour lesquels nous déposerons des dossiers.