Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Soutenances

Soutenance de thèse de Khalil AL-HMEDI

le 30 juin 2017
à 14h00

"La question du réel dans la poésie de la seconde moitié du XXème : la survivance de la poésie "réaliste" du XIXème siècle dans les pratiques poétiques contemporaines (Philippe Jaccottet, James Sacré, Philippe Clerc)"

Sous la direction de M. Jean-Noël Pascal et de M. Jacques Dürrenmatt.

Résumé de thèse :
Les pratiques poétiques de Philippe Jaccottet (1925-), de Philippe Clerc (1935-) et de James Sacré (1939-) sont notablement traversées par l’impératif du réel qui marque la poésie contemporaine depuis 1950. Elles s’inscrivent, en partie, dans la continuité thématique du mouvement réaliste de la poésie du XIXe siècle (Max Buchon, François Coppée, Sully Prudhomme, Charles Baudelaire, Jean Richepin). Mais, le réel réapparait dans ces pratiques avec un nouveau regard, avec une nouvelle sollicitude, mais surtout avec un nouveau dire. Au contraire des poètes du XXe, encore imprégnés d’une volonté de plier le réel aux dires du poème, cette nouvelle génération est emblématique d’un retournement théorique et pratique : le réel est matière même de l’acte poétique. Mus par des pratiques souvent éloignées, façonnés par des cultures différentes, nos trois auteurs opèrent dans la langue des choix et expriment une volonté d’exigence et de simplicité pour rendre compte du réel. Notre travail vise, dans un premier temps, à mettre en lumière l’évolution du sens et de l’écriture du réel dans la poésie du XIXe siècle, avant d’analyser, dans un deuxième temps, les différents aspects des écritures du réel pour les trois auteurs choisis, d’en montrer la différence avec celles de leurs prédécesseurs, leur spécificité et leur place dans la poésie contemporaine.

The imperative of the real that characterizes contemporary poetry since 1950 is at the heart of the poetic practices of Philippe Jaccottet (1925-), Philippe Clerc (1935-) and James Sacré (1939-). Tthey are in part, keeping up with the themes of the realist movement of 19th century poetry, (Max Buchon, François Coppée, Sully Prudhomme, Charles Baudelaire, Jean Richepin). But the real reappears in these practices with a new gaze, a new concern, and above all a new claim. On the contrary to 20th century poets, still steeped in the desire to have the real comply with the poem’s claims, this new generation is representative of a theoretical and practical change: the real is in itself the material of the poetic act. Set in motion by practices far from each other, modeled by different cultures, they make choices in language and demand rigor and simplicity in order to account of the real. Our work aims first at showing the evolution of the meaning and the writing of the real in 19th century poetry. This study will bring us then to analyze the different aspects of the writing of the real in the works of the three poets we have chosen, and to underline how they differ from their predecessor, and determine their specificity and their position in contemporary poetry.

Membre du Jury :
Mme Isabelle CHOL, Université de Pau
Mme Marie JOQUEVIEL-BOUJEA, Université de Montpellier 3
M. Jacques DURRENMATT, Université Toulouse 2
M. Jean-Noël PASCAL, Université Toulouse 2


Lieu(x) :
Université Toulouse II Jean Jaurès, Maison de la Recherche, Salle D29

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page