Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Séminaires et conférences

Normes et écarts dans la littérature d’oc XIXe-XXe, Séminaire ELH

du 1 octobre 2016 au 31 juillet 2017

séminaire ELH sur la constitution d’une norme littéraire occitane propre

Capture d’écran 2016-01-19 à 19.03.28.png

Capture d’écran 2016-01-19 à 19.03.28.png

Présentation et programme
La littérature occitane se situe, depuis le XVIe siècle, dans un écart par rapport à la norme que constitue en France l’écrit littéraire en langue française. Écrire en occitan, c’est nécessairement, volontairement, se situer en dehors de la pratique majoritaire et normale de l’espace culturel français.  Les voies qu’emprunte la création littéraire en occitan par rapport à la création équivalente en français ont déjà été explorées pour les XVIe et XVIIe siècle (un vaste projet sur le XVIIIe siècle est en cours). Fonctionnant comme un littérature réflexe (au sens de Croce), la littérature occitane, entre la recherche compensatoire du plus grand conformisme et à l’inverse le recours à toutes les dissonances possibles, ne dispose que d’une autonomie relative dont s’emparent, à l’occasion, des auteurs dont la création représente un écart assumé et maîtrisé (Godolin au XVIIe, Fabre au XVIIIe . Ce n’est qu’aux XIXe et XXe siècles qu’on assiste en domaine occitan à la constitution de ce qu’on pourrait appeler une norme littéraire endogène. Ce mouvement intervient à deux reprises :

- la création du Félibrige autour de Frédéric Mistral, à partir de 1854

- la création de l’occitanisme (fondation de l’Institut d’études occitanes, en 1945)

Ces deux mouvements disposent chacun

- d’un réseau relativement dense d’écrivains qui leur sont affiliés et se revendiquent explicitement de lui

- de canons plus ou moins précisément définis à travers des instances critiques (revues, écrits théoriques)

- une graphie qui lui est propre (« mistralienne » ou « félibréenne » dans le premier cas, « normalisée », « alibertine » ou « classique » dans le second)

- une idéologie de type renaissantiste : la littérature (et la graphie) doi(ven)t servir un projet culturel précis destiné à enrayer le processus de minoration sociolinguistique

L’objet de la réflexion sera d’examiner si dans les deux cas se développe un « discours de la norme » destiné à fédérer les énergies et en même temps à les encadrer, et au-delà du discours, une pratique de la norme. Si celle-ci a été étudiée d’un point de vue historique, politique et même graphique, on s’est moins intéressé à la constitution d’une norme littéraire occitane propre. Les questions sont nombreuses :

- quels modèles esthétiques ?

- qui les définit ? avec quels moyens ?

- dans quels buts ?

Ces éléments étant défrichés, il y aurait ensuite peut-être quelque intérêt à se poser la question de ceux qui, en toute connaissance de ces éventuels systèmes normatifs dominants (félibrige, occitanisme) choisissent soit de s’y opposer (formant un écart d’une norme qui constitue elle-même un écart), soit de leur rester indifférents, soit encore d’adopter par rapport à eux une attitude ambiguë.

 

Programme

28 janvier 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle E 412

Jean-Yves Casanova (UPPA / PLH)

Résistances esthétiques et graphiques au Félibrige en Provence

 

25 février 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle E 412

Elodie De Oliveira (Paris-Sorbonne)

Entre histoire de la langue et valeur poétique de la graphie : quelques réflexions de Jean Boudou au cours des années 1950

 

10 mars 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle F 315

Philippe Gardy (CNRS)

Fonder une « nouvelle » littérature en occitan. Critiques et prescripteurs (1945-1968)

 

7 avril 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle F 315

Jean-Claude Forêt (Université Paul-Valéry, Montpellier III)

Les auteurs contemporains et la ‘norme’ à travers la pratique éditoriale (Jorn)

 

12 mai 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle F 315

Joëlle Ginestet (Université Toulouse-Jean Jaurès / PLH)

Résistances du félibrige languedocien (Fourès, Ricard, Perbòsc…)

 

27 octobre 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle F 315

Corinne Lissalde (UPPA)

Mistral correcteur d’Aubanel

 

3 novembre 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle F 315

Philippe Martel (Université Paul-Valéry, Montpellier III)

La norme du Félibrige à travers les concours poétiques

 

1er décembre 2016 – 16:15 – MDR 2 – salle F 315

Marjolaine Raguin (Université Paul-Valéry, Montpellier III)

L’œuvre poétique de Folco de Baroncelli : du félibrige à la Nacioun gardiano

 

 

 

 



Contact :
Jean-François Courouau
Lieu(x) :
voir programme: MDR 2 – salle E 412 ou salle F 315

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page