La Muse bizarre à la Renaissance : quelques exemples dans la peinture et la poésie italiennes

Publié le 1 mars 2016 Mis à jour le 13 juin 2018
le 14 mars 2016

Conférence de Alice Vintenon (Bordeaux 3) dans le cadre du séminaire "les premiers âges du bizarre", animé par P. Chiron, Ph. Chométy et J.-Ph. Grosperrin

Sous la plume des médecins du XVIe siècle, la bizarrerie se définit souvent comme un dérèglement de l'humeur. Cette communication montrera cependant qu'elle a pu, comme les notions connexes de folie et de mélancolie, faire l'objet d'acceptions positives dans la théorie d'art et dans la littérature de la Renaissance, et renvoyer notamment aux valeurs d'originalité et de liberté d'esprit


Voir la présentation du séminaire et son programme ici

 

Contact :
Jean-Philippe Grosperrin :