Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Journées d'études

L'intertexte biblique dans le roman du XIXe siècle

du 14 janvier 2010 au 15 janvier 2010

Journées d'étude organisées par ELH-PLH et Modernités-Telem (Bordeaux 3)

vignette bordeaux3.jpg

vignette bordeaux3.jpg

Journées d'étude, le 14 et le 15 janvier 2010,
à l'Université Toulouse II (salle du Château)

Voir le programme


Organisées par le Centre de Recherches sur les Modernités Littéraires (TELEM)
Université Bordeaux III
et par l'équipe Littérature et Herméneutique (PLH)
Université Toulouse II
Responsables scientifiques : Fabienne Bercegol et Béatrice Laville

En 1802, Chateaubriand ouvrait le XIXe siècle par la publication d'un livre, le Génie du christianisme, écrit pour rappeler la richesse de l'héritage littéraire et artistique chrétien, et notamment pour redonner à la Bible valeur de modèle esthétique et stylistique. S'ils n'ont pas toujours suivi le dessein apologétique de Chateaubriand, les romanciers du XIXe siècle ont composé leurs œuvres en s'inspirant volontiers de l'imaginaire chrétien et de l'art du récit biblique. Une première journée d'étude organisée à l'université Bordeaux III le 27 mars 2009 a permis de vérifier la présence du modèle biblique dans les œuvres de Chateaubriand, de Balzac, de Bloy, de Huysmans et de Zola. Ce sont les modalités de cette présence du texte biblique (éventuellement étendu à d'autres textes canoniques, ceux des Pères de l'Église par exemple) que cette deuxième journée d'étude voudrait interroger chez d'autres auteurs, en privilégiant les axes suivants :
-    Étude des procédés d'incorporation dans le roman du discours biblique : les diverses formes de récriture, par absorption, expansion, transformation, voire parodie.
-    Étude du traitement romanesque de la topique biblique : les divers lieux communs bibliques repris par le roman (espaces topiques, types de personnages, mais aussi modèles narratifs et rhétoriques)
-    Fortune romanesque des genres littéraires issus de la Bible : le récit exemplaire (la parabole), le sermon, le cantique, la louange, la déploration, la consolation, la prophétie, le récit de miracles, le discours apocalyptique, la bénédiction, l'anathème, etc.  
La réflexion portera sur le statut de ces récritures (simples clichés, automatismes, ou véritables références bibliques ?) et donc sur le degré d'innutrition du roman. Elle se demandera ce que cette convocation du modèle biblique provoque sur l'axiologie du roman et sur son mode de lecture.