Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Journées d'études

Journée d'étude-Territoires autobiographiques: récits en images de soi - ELH

le 31 janvier 2014
 9h/13h puis 14h30/16H30

Journée d'étude ELH, organisée par Philippe Maupeu

Capture d’écran 2014-01-14 à 22.09.42.png

Capture d’écran 2014-01-14 à 22.09.42.png

 Qu’elle soit peinte, graphique, photographique, filmique, l’image semble entretenir aujourd’hui des relations privilégiées, parfois conflictuelles, avec l’écriture de soi. La photographie, fréquemment interrogée dans sa valeur testimoniale, illustre nombre de récits autobiographiques (chez Annie Ernaux ou Le Clézio, entre bien d’autres) ; on ne compte plus les journaux photographiques et numériques publiés en ligne ; la bande dessinée autobiographique, née au Japon puis aux États-Unis dans les années 1970, connaît depuis une vingtaine d’années un véritable essor en France, de David B. à Fabrice Neaud. Le suffixe graphein – à la fois écrire et peindre – retrouverait ainsi toute son ambiguïté fertile dans ces oeuvres autobiographiques mixtes, où l’identité de soi s’affermirait dans la concordance des arts. Mais l’étymologie n’est-elle pas trompeuse, et l’homonymie ne recouvrerait-elle pas plutôt deux gestes, se peindre (ou se photographier) et se raconter, difficilement conciliables ? Si la photographie, écrit Daniel Grojnowski, est bien « médiatrice de fable », le rapport de celle-ci à la vérité est toujours problématique, et on sait combien Christian Boltanski ou Sophie Calle ont joué de cette indécision. L’image (photo-)graphique en miroir du je-écrivant ouvre un entre-deux au sein du sujet : expérience réflexive de l’altérité à soi ou échappée vers la fiction ?

 Nous proposons de ré-ouvrir ces questions (largement débattues dans le champ photographique) dans une perspective chronologique large - du Moyen Age à nos jours - et d’explorer dans la diversité des époques, des médiums et des techniques, les extensions et limites du territoire autobiographique et les modalités, usages et finalités du récit-en-image de soi. La voix parlant à travers (per-sonat) le masque (persona) des images et les reliant dans le fil continu d’un récit les restitue à leur épaisseur temporelle : elle vient heureusement troubler autant qu’élucider l’identité du sujet et en manifester la naturelle opacité. A l’heure où les images en réseau flottent en surface du présent, à l’heure où l’image de soi s’assujettit à un hégémonique impératif de visibilité, les enjeux de l’autobiographie en images sont tout autant esthétiques et poétiques que politiques et anthropologiques.

Programme [PDF - 771 Ko]

Matinée

Maison de la Recherche, salle D30

9h-Accueil des intervenants

9h15- Introduction à la Journée d’études – Philippe MAUPEU

9h30-Christophe IMBERT (UTM)

Autour d’un dessin de Pétrarque

10h15-Philippe MAUPEU (UTM)

Autobiographies médiévales en images (Opicinus de Canistris, Pierre Salmon)

11h-Pause

11h15-Olivier LEPLATRE (Lyon II)

Image de soi et fiction : deux frontispices du Page disgracié de Tristan L'Hermite

12h-Mireille RAYNAL (UTM)

Autoportrait du cinéaste en écrivain : Pedro Almodovar

12h45-Pause – déjeuner (salle D28)

Après-midi

UFR Lettres Philosophie Musique, bâtiment 21, Salle du Conseil

14H30-Mireille DOTTIN – ORSINI (UTM)

Une bande dessinée autobiographique d’Alfred de Musset

15h15-Anne-Cécile GUILBARD (Poitiers)

De la photographie sans les images : l’autobiographie fantôme d’Hervé Guibert

 

16h- Conclusions - perspectives


Lieu(x) :
Université Toulouse - Jean Jaurès
 Maison de la Recherche, D30 (matin)
UFR Lettres, Philosophie Musique, salle du conseil (après-midi)Journée d'étude-ELH, 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page