Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Colloques

Pouvoir et religion dans l'Antiquité : échos, mémoire, oubli

le 15 février 2018
10h-17h

Journée d'étude organisée par les doctorants des équipes CRATA et ERASME. IMPORTANT : Modification du lieu et de l'horaire - Maison de l'Occitanie à 10h.

religion et pouvoir.png

religion et pouvoir.png

IMPORTANT : Contrairement à ce qui était annoncé, la journée d'étude aura lieu à la Maison de l'Occitanie et débutera à 10h. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour les éventuels désagréments occasionnés.


Cette journée d’étude propose d’interroger l’interaction entre les notions de pouvoir et
de religion dans l’Antiquité en s’appuyant sur la richesse et la diversité des approches des équipes PLH-CRATA et PLH-ERASME. Elle s’adosse aux programmes de recherches de chacune de deux équipes déclinées à travers leurs axes respectifs « Représentations dans l’Antiquité » et « Patrimoine et sociétés » (PLH-CRATA), « Traditions et réceptions dans l’Antiquité » et « Penser les religions, représenter les dieux : modèles antiques, lectures modernes, entre polythéismes et monothéismes. » (PLH-ERASME). Cette manifestation a pour vocation de permettre aux doctorants et aux doctorantes – membres de PLH mais, également, membres de laboratoires et
d’équipes de recherche travaillant dans les domaines de l’Antiquité et celui de sa réception – de présenter leurs travaux au miroir des problématiques soulevées par le rapprochement de ces deux notions aussi vastes que complexes.
L’Antiquité sera abordée au travers d’un large prisme disciplinaire (Archéologie, Histoire, Histoire de l’art, Littérature) et diachronique (de la période archaïque aux relectures et réutilisations modernes et contemporaines), afin d’offrir un champ de vision et d’investigation embrassant aussi bien l’étude de l’Antiquité que celle de sa réception. Le couple pouvoir/religion pourra ainsi être envisagé selon toutes les possibilités qu’ouvre l’articulation entre ces deux notions, elle-même complétée, renforcée, mise en perspective par les trois termes qui la suivent.
La relation entre pouvoir et religion pourra donc être pensée aussi bien sous l’angle de
l’association et de la porosité que de l’antagonisme et du conflit ; d’autres notions pouvant, bien évidemment, venir nourrir la réflexion. Ainsi, la question du rituel, aussi bien politique que religieux dans les sociétés anciennes, aura toute sa place dans cette journée d’étude ; en effet, il lie, associe ou renvoie dos-à-dos les deux champs envisagés, quand il en inverse les valeurs (dans le Carnaval, par exemple). Par ailleurs, la temporalité, appelée par les idées de mémoire et d’oubli mais également par celle d’échos – qui suggère un lien temporel plus ténu une nuance, voire une stratégie d’évitement –, pourra fournir un angle d’approche intéressant afin de comprendre comment, dans des sociétés, cultures, optiques différentes, cette dualité a été réécrite, travaillée, utilisée, voire biaisée. Les trois termes choisis pour ouvrir et nourrir la réflexion sur les rapports entre pouvoir et religion permettront également de saisir comment les Anciens eux-mêmes envisageaient cette relation. Le triptyque « échos, mémoire, oubli » pourra alors s’envisager sur un plan rhétorique, idéologique ou esthétique, en synchronie. En effet, le pouvoir et la religion cherchent dans des nombreux domaines, genres littéraires et artistiques, à se faire écho l’un à l’autre, à se mettre en valeur mutuellement, à entrer en résonance, en lien étroit ou au contraire à oblitérer l’autre champ, le masquer, l’occulter, constituant, ainsi, autant de liens que de stratégies et de constructions intellectuelles diverses.

Lieu(x) :
Maison de l'Occitanie - 11 rue Malcousinat Toulouse

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page