Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Colloques

Au spectacle de la religion. Engagements individuels et constructions de communautés

du 17 mai 2017 au 18 mai 2017

Colloque organisé par Matthieu Soler (PLH-ERASME, TRACES-RHAdAMANTE) et Ludivine Beaurin (PHL-ERASME)

Affiche-colloque copie copie-01.jpeg

Affiche-colloque copie copie-01.jpeg

La polysémie du terme latin spectacula, désignant aussi bien «ce que l’on voit» que «le lieu d’où l’on voit », soulève une première difficulté : le caractère extrêmement large des champs d’investigation. Le rite implique un échange de regards complexe entre les hommes et les dieux, faisant des espaces où il se déroule des lieux de spectacle. Mais la vision, qui suppose une certaine distance, n’est pas la seule sensation mobilisée. Nous souhaitons nous intéresser, dans le cadre du rituel, aux éléments «spectaculaires» qui font non seulement partie intégrante du rite et de son efficacité, mais qui lui donnent aussi plus de lustre, précisent son sens ou encore augmentent l’honneur fait aux dieux. Conçus par une autorité à destination d’un public, ils s’intègrent à une séquence ordonnée et régulée impliquant des modes d’action ayant un effet émotionnel. De fait, le rite est une mise en scène polysensorielle usant de stratégies telles que la musique, les drames sacrés, les processions. Autrement dit, les interventions s’intéresseront aux éléments qui, au-delà de l’expression la plus simple de la communication avec les dieux, ajoutent un caractère « spectaculaire » aux célébrations religieuses : que ce soit par le lieu choisi, par le caractère exceptionnel du rite, par la présence, en plus du sacrifiant, d’acteurs jouant des drames sacrés ou offrant, en plus de la nourriture et des substances olfactives issus du sacrifice, un spectacle visuel, sonore, tactile.
Nous souhaitons aborder cette thématique à travers quatre principaux axes de réflexion qui peuvent se recouper. Le premier est la question de la mise en scène des hiérarchies qui conduit le spectateur à percevoir son degré de participation aux jeux et aux rituels à la place qui est la sienne dans la société. Le deuxième axe s’intéresse aux multiples compositions et recompositions de communautés rituelles et de la place en leur sein des individus et de leur propre perception de l’expérience religieuse. Le troisième axe vise à s’interroger sur la matérialité des mises en scène spectaculaires, en particulier à travers le cadre architectural des actes de culte.
Enfin, un dernier axe de réflexion sur les différences entre les mondes grec et romain a pour ambition de déterminer les différences et les évolutions des pratiques, des recompositions hiérarchiques, dans une perspective tout autant synchronique que diachronique Le thème du colloque invite donc à s’interroger dans le cadre de la méditerranée gréco-romaine sur la relation entre religion et spectacle en tant que stratégie d’action qui met en scène une communauté et des individus donnés, à un instant donné, dans un lieu précis, avec des objectifs définis et des effets plus ou moins prévisibles notamment sur les émotions des différents acteurs.
Ce colloque international réunira de jeunes chercheurs venus de France et de l’étranger, et issus d’horizons divers (historiens, archéologues, iconographes…) mais aussi des chercheurs plus expérimentés qui animeront les débats.

Contact :
Matthieu Soler et Ludivine Beaurin

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page