Patrimoine Littérature Histoire


Accueil PLH > Activités > Colloques

A côté de la perspective, les modes d'expression aspectifs

le 5 octobre 2015

Journée d'étude CRATA-PLH organisée par Elena Oulié (doctorante CRATA) et Dominique Farout (Égyptologue, École du Louvre)

image-0001.jpg

image-0001.jpg

         La vision perspective est celle qui, pour nous, est naturelle. Les différentes techniques de représentation en perspective ont toutes en commun l'intention de représenter la vue d'objets en trois dimensions sur une surface donnée, en tenant compte des effets de l'éloignement et de leur position dans l'espace par rapport à l'observateur. Les Grecs nous ont légué leur vision perspective avec des figures conçues depuis un seul endroit en un seul moment, représentation qui est à l’origine de l'unité spatiale et temporelle. Toutefois ce mode de représentation ne s'est mis en place que très progressivement, entre la fin du VIe siècle et le milieu du Ve siècle av. J.-C. Avant cette période, l'art de nombreuses cultures est régi par les principes de l'aspectivité ou aspective.

         Ce terme a été élaboré, il y a près d'un demi-siècle, par l'égyptologue allemande Emma Brummer-Traut. Cette notion, appartenant à la sémiologie, associe plusieurs points de vue dans la représentation d'un même personnage, alors que, dans la vision naturelle, nous n'en avons qu'un seul. L'aspectivité peut aussi regrouper plusieurs moments d'une même histoire dans une image unique, qui, elle, se lit en un seul instant. C'est ainsi qu'on parvient à appréhender une histoire en entier, quand on ne peut vivre, dans la vie, qu'un seul de ses épisodes à la fois. L'artiste représente les parties comme si chacune d'entre-elles était isolée, comme une énumération des diverses caractéristiques du sujet s'affranchissant du regard subjectif de l'observateur placé à un certain endroit. Les œuvres ne cherchent pas alors à montrer une représentation dans le temps et l'espace, mais à montrer ce qui doit être, même si les événements ne sont pas liés dans le temps. L'image devient ainsi plus une construction qu'une représentation.

            Par ailleurs, l'étude de l'aspectivité s'inscrit dans une tradition, de plusieurs années déjà, au sein du laboratoire PHL-CRATA, notamment celle de travailler sur des concepts novateurs pour renouveler les disciplines. Depuis 2007, des masters en Sciences de l'Antiquité à l’Université Toulouse II – Jean-Jaurès, réalisés sous la direction de Jean-Marc Luce, mettent en lumière le concept de mouvement contrarié. Ce dernier s'inscrit totalement dans les principes de l’aspectivité et permettra d'évoquer, après une définition claire de cette notion, la construction du corps et la question du regard intra et extra iconique.

            Le CRATA se caractérise également par un large spectre chronologique couvert et une grande couverture géographique. Il est aujourd'hui évident que l'aspectivité traverse âges et civilisations, dans une sorte de « structure subconsciente » ou de koinè culturelle et figurative, mais des connotations forts variables s'y ajoutent en fonction du mode de pensée social et religieux qui sous-tend ces cultures. Les historiens de l'art de plusieurs cultures, notamment grecque, ont pourtant rarement utilisé la notion d'aspectivité, usuelle chez les égyptologues. Le terme doit alors être inséré dans des études riches et nourries de divers spécialistes qui permettront de légitimer l'emploi d'une telle notion abondamment associée à l'égyptologie.           

 

Le séminaire d'histoire et d'archéologie du CRATA de l'année 2015-2016 (Master SDA, séances le jeudi 14h-16h au second semestre) sera consacré au "statut de l'image dans l'Antiquité" et s'inscrira dans la continuité des réflexions de cette journée sur l'aspectivité.

 

 

 

 

 PROGRAMME de la journée du 5 octobre

      9h - Préambule à l’introduction J.M. Luce

Introduction

9h30 - Christophe Barbotin : Aspective et perspective dans la pensée égyptienne de l’histoire

10h30 - Dominique Farout : La frontalité contrariée dans l’iconographie égyptienne

11h - Discussion et Pause.

11h35 - Évelyne Faivre-Martin : Les images et la littérature en Mésopotamie

12h05 - Vinca Baptiste : Peinture chinoise : un autre regard

12h35 - Discussion

 

Déjeuner de 13h à 14h30

 

14h30 - Nadège Gasc et Agnès Merillot : Les mouvements contrariés dans l'art grec (titre à préciser)

15h - Elena Oulié : La représentation du temps et des mythes à travers le philtre aspectif grec

15h30 - Discussion et pause

16h05 - Jean-Marc Luce : L'observateur implicite (titre à préciser)

16h35 - Julien Auber de Lapierre : L'aspective et la perspective dans les icônes coptes

17h05 - Discussion finale

 



Lieu(x) :
D29

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page